Making of crossroads to crime


< Retour


Lorsque Gerry Anderson créa AP Film avec Arthur Provis au milieu des année 50, son but premier était de réaliser de grands films tels que Ben Hur. Mais la seul personne à solliciter leur société, alors que la faillite était imminente, fut Roberta Leigh avec son projet de The Adventure of Twizzle. Et malgré sa grande réticence pour produire une série de marionnette, ce programme lui permis de sortir la tête de l’eau et de faire vivre sa compagnie de production. S’en suivirent Torchy the Battery Boy, toujours avec Roberta Leigh et Four Feather Falls, qui marquait leur première production originale. Le succès grandissant des productions AP Film commence à se faire savoir et Gerry et son équipe travaille déjà sur leur prochaine série. Seulement, Granada Télévision n’est pas intéressé, Gerry Anderson se lance donc en quête d’un nouvel acheteur.

Arrive Anglo-amalgamated, une compagnie de production ayant participer à Four Feather Falls. Ces derniers souhaitent élargir leur catalogue de films et proposent donc à Anderson un scénario de film policier intitulé Crossroads to Crime. Écrit par Alun Falconer, l’histoire se concentre sur une bande de trafiquants dans la banlieue londonienne et d’un policeman tentant de les infiltrer pour mettre à mal leur petite organisation. Anderson et son équipe sont d’accord sur un point, le scénario est plutôt médiocre, mais pour lui, il s’agit d’une opportunité pour enfin réaliser un film avec de vrais acteurs et non des marionnettes. Anderson accepté donc de réaliser Crossroads to Crime, sans imaginer les problèmes qu’il va rencontrer. Les premiers soucis commencent avec le budget. Anglo-amalgamated ne donne que 16000£ à A.P. Film. A cela s’ajoute le délai. Le film doit être réaliser en 4 semaines pour une sortie en novembre. Anderson commence à comprendre que ce tournage ne sera pas de tout repos.

Concernant le casting, Anderson réuni des acteurs habitués à ce genre de production tel que Antony Oliver, incarnant le le héro policier Don Ross, et qui avait déjà incarné plusieurs fois un agent de police dans de précédents films. Face à lui Ferdy Mayne, qui avait déjà joué dans plus d’une cinquantaine de film dont Ben Hur, incarne ici le chef des trafiquants. Ces deux hommes de mains, Diamonds et Johnny, sont incarnées respectivement par George Murcell et David Graham. Murcell est un habitué des rôle de grosse brute mais aussi de méchant un peu plus réfléchie. David Graham quant à lui faisait parti du casting de Four Feather Falls.

Avec la pression pour livrer le film dans un court délai, ajouté au manque d’expérience de l’équipe, Gerry Anderson c’est vite retrouvé débordé, principalement pour les scènes de nuit. Il demanda donc à David Elliot de superviser une deuxième équipe de tournage. Le tournage se déroule dans les alentours de Slough, non loin du studio. L’intérieur du studio fut utilisé pour les plans se déroulant dans la cave du relais routier. Le tournage fut terminé a temps, Barry Gray composa la musique du film, musique qui sera réutilisée plusieurs fois notamment dans Capitaine Scarlet et Service Secret. Le film achevé, Anderson le projeta à ses commanditaires, terrifié de leurs réaction. La réponse d’un des responsable fût « j’ai vu pire ».  Le film sort dans un nombre limité de salle et sera rapidement retiré faute de succès. Le générique du film sera modifié par le distributeur afin de l’inclure dans son catalogue Edgar Wallace Mysteries, aux côtés d’autres films policier. Le film restera d’ailleurs quasiment invisible jusqu’à sa sortie en DVD par Network.

Au final, le tournage de Crossroads to Crime fut une mauvaise expérience pour l’équipe de AP Films, mais garde un style série B correct pour son époque et reste néanmoins oublié par les fans de Gerry Anderson.