Making of


< Retour


Décembre 1968. Lew Grade, le grand patron de ITV, s’apprête à voir le premier épisode de la nouvelle série en Supermarionation: Service Secret (The Secret Service en VO), ou l’histoire d’un prêtre anglican agent secret. Gerry Anderson avait toujours eu des idées semblant farfelues de premier abord mais ayant toujours cet élément de génie qui en firent à chaque fois des succès. Mais avec sa précédente série, Joe 90, le public a été moins réceptif. La projection commence et après quelques minutes, Lew Grade bondit de son siège et demande l’arrêt de la projection. Gerry avait déjà vu cet réaction chez Lew Grade, et elle avait permis Au Sentinelles de l’air de passer de 30 minutes à 60 minutes. Mais cette fois ci, l’homme ne lui annonce pas une bonne nouvelle, au contraire: la production doit s’achever maintenant, les épisodes en cours doivent être finalisés, mais Service Secret ne peut pas continuer. Un coup dur pour Gerry Anderson et, sans le savoir, Lew Grade viens de condamner les studios de Slough.

Les origines


Service Secret sera la dernière production avec des marionnettes, Gerry Anderson passant enfin aux séries avec acteurs réel juste après, ce qui donne à Service Secret la réputation d’avoir tué et enterré la Supermarionation, un jugement assez injuste comme vous allez le voir. Sa conception est d’ailleurs très différente des autres séries, car pour la première fois, le concept c’est construit autour d’un acteur principal et non autour d’une idée d’histoire. Début 68, Gerry Anderson travaille sur son second long-métrage, Danger, Planète Inconnue. Tourné dans les studios de Pinewood, il entend que Stanley Unwin y enregistre des lignes de dialogues pour finaliser Chitty Chitty Bang Bang de Ken Hughes. Anderson s’empresse de contacter l’agent de Unwin afin de le rencontrer. Et c’est au cours de cette rencontre qu’est né Service Secret.

Stanley Unwin

Stanley Unwin n’est pas très connu en dehors du Royaume Unis. Née en 1911 à Prétoria en Afrique du Sud, il a très vite développer une passion pour l’électronique. Pendant la seconde guerre mondiale, il intègre la BBC, d’abord aux transmissions, puis en tant que reporter de guerre, rapportant les conséquences de la guerre dans le pays. Il est envoyé en Italie avec un bataillon anglais afin de suivre leur avancée, puis en Autriche vers la fin de la guerre.  De retour au pays, il intègre différent service en tant que technicien, et c’est justement à cette période que démarre sa carrière d’humoriste. Lui et Frederick Robert Buckley testait du matériel de transmission en enregistrant de faux commentaires sportifs, Unwin décrivant les actions sur le terrain dans un patois imaginaire qui deviendra sa marque de fabrique, les fameux Unwinies. Stanley Unwin eut une carrière honorable à la radio, à la télévision mais aussi au cinéma, Chitty Chitty Bang Bang est cependant le plus gros film auquel il a participé

Après l’entretien, Gerry Anderson n’a qu’une idée en tête, travailler avec  Stanley Unwin.  Mais le concept doit s’adapter à l’acteur et non l’inverse. Il réutilise alors la base d’un épisode de Joe 90, ou un prête à moitié sourd d’une petite paroisse cache un trafic de fausse monnaie. Le scénario du premier épisode écrit, la production peu commencer, avec cependant une grande nouveauté. Conscient que le comédien principal prête non seulement sa voix mais aussi ses traits, Anderson y voit l’occasion de tourner une partie de la série en décors naturel avec l’acteur. Depuis Four Feather Fall, il était souvent fait appel à des doublures humaine pour des plans bien spécifique, en générale un gros plan d’une main saisissant un objet. Mais cette fois ci, il était question de séquences mettant en scène l’acteur en entier, le plus généralement de loin. La conséquence est que les scènes en décors réel doivent être tourné en premier, et les séquences en studio seulement après, en essayant également de coller le plus possible aux décors nécessitant d’être reproduits.

La production


En plus du premier épisode rédigé par Gerry et Sylvia Anderson, une dizaine de scénario sont écrits par Donald James, Pat Dunlop, Tony Barwick, Bob Kesten et Shane Rimmer. Les Unwinies n’étaient pas écrit par les scénariste, mais laisser libre à l’imagination de l’acteur. Une ligne de dialogue était simplement écrite pour servir de base au comédien.  Pour accompagner Stanley Unwin, le casting vocal se compose de Gary Files (Matthew Harding), Jeremy Wilkin (L’évêque), Sylvia Anderson (Madame Appleby) et Keith Alexander. D’autres habitués viendront renforcer le casting comme David Graham pour les deux derniers épisodes. Comme pour Joe 90, les marionnettes créées pour Capitaine Scarlet sont réutilisées, seul trois nouvelles marionnettes seront créées: celle du père Unwin, de L’évêque  et de Madame Appleby. Cette dernière a été créée par Christine Glanville qui a basé son apparence sur celle de sa propre mère.

Le tournage débute le 20 août 1968, avec les séquences en extérieur. Stanley Unwin est principalement utilisé pour des plans ou il conduits la Ford Model T, ou bien lorsqu’il entre dans un bâtiment. Le véhicule à été modifié par la production pour faciliter son utilisation. Le démarreur manuel à été remplacé par un démarreur électrique. L’église quant à elle se situe en pleine campagne, non loin de Hughenden dans le disctrict de Wycombe, dans le Buckinghamshire. Le presbytère par contre ne se trouve pas du tout au même endroit, mais à proximité des studios de Slough. Les bois avoisinant sont également utilisés. Une fois les voix et les séquences en extérieur terminées, les marionnettistes peuvent commencer leur travail en utilisant toutes les techniques précédemment développées, en les poussant même un peu plus loin encore grâce à l’un des aspect le plus marquant de la série. Le père Unwin possède une machine, le minimiser, qui lui permet de réduire la taille d’un personne, en général son jardinier et collègue, Mathieu. Le faite qu’il soit miniaturisé permettait donc de le faire apparaître dans les décors réel. Mais cela impliquait également qu’en studio, les décors devaient être reproduit fidèlement mais à l’échelle des marionnettes. De l’avis des techniciens de l’époque, l’effet escompté ne fonctionnait pas toujours, en particulier lorsque l’on passe d’un acteur pour les plans éloignés à une marionnette pour les gros plans. Pour preuve, un plan du dernier épisode « Hâtez-vous lentement » et souvent cité. Un des personnage vole une moto, mais pour les plans larges, c’est un cascadeur, habillé en femme et affublé d’une grossière perruque blonde que l’on voit.

Alors que le premier épisode et finalisé et qu’une bonne dizaine d’autre sont terminés ou en cours de tournage, Lew Grade et invité à une projection test comme à l’ordinaire. Hélas Lew Grade n’est pas du tout conquis par ce qu’il voit et fait arrêter la projection en plein milieu. Pour lui, la série est complètement inadaptée pour le marché américain, en particulier à cause des Unwinies. Malgré les arguments de Gerry Anderson, Lew Grade est intransigeant et fait stopper la production de la série, seuls les épisodes encore en cours de tournage seront finalisé. En conséquence, l’équipe des effets spéciaux reste aux studio de Slough, pour travailler sur un nouveau projet, mais le département marionnettes sera fermé.

Diffusion & réception


Nouvelles – Arama Books (1969)

La série sera diffusée a partir de septembre 1969 dans trois régions du réseau ITV (Granada, ATV et Southern), signifiant que tous les anglais n’ont pas eu la chance de voir cette série à l’époque. Elle sera rediffusée jusqu’en 1975 dans la région Granada. Une version française fût produite en 1971 pour le Québec sur Radio-Canada Télé. Une des particularité de la version française est qu’elle supprime totalement les Unwinies (à noter que d’autres traits d’humours sont ajoutés pour compenser). En France la série sera diffusé en 1993 sur Série Club.

Malgré sa courte durée de vie, la série a le droits à quelques produits dérivés. Deux nouvelles écrites par John William Jennison (sous le nom de plume de John Theydon) sont publié chez Armada Books en même temps que la diffusion, et Corgi commercialise une réplique de Gabriel, la Ford Model T jaune avec le Père Unwin à son volant. Quelques épisodes sortent en VHS durant les années 90, mais il faut attendre 2003 pour que l’intégralité des 13 épisodes sorte en DVD chez A&E Home Vidéo aux États-Unis, puis en 2005 chez Network pour l’Europe. La version française sera quant à elle édité par L.C.J Édition en 2011.

Service Secret est une série étrange et bizarre, que ça soit au niveau du concept que dans la réalisation. Mais si en regardant le premier épisode on peut être à priori réticent, il se dissipe au fil de la saison. Et honnêtement c’est justement ces choses bizarres qui rendent cette série particulièrement fun et attachante. L’idée que le prêtre de votre paroisse puissent être en réalité un agent secret ne manque pas d’originalité. Service Secret n’a pas tué la Supermarionation, mais la Supermarionation était arrivée à ses limites. Gerry Anderson souhaitait de plus en plus produire une série avec des véritables acteurs, et ne plus se contenter de marionnettes d’apparence humaine. Quelques années plus tard, après le tournage de la seconde saison de Poigne de Fer et Séduction, Gerry Anderson tentera de créer une nouvelle série avec des marionnettes, The Investigator. Mais sans succès, Anderson lui même en aura honte et refusa de la présenter à ITV.